La photographie de paysage : conseils pour améliorer vos prises de vue

La photographie de paysage est un segment de la photographie qui se concentre sur la façon de capturer la beauté naturelle du monde qui nous entoure. Étymologiquement, le terme « paysage » renvoie à ce que l’on voit du pays. Photographier des paysages ouvre donc de multiples possibilités : des montagnes imposantes aux vastes étendues de plaines, en passant par les ondulations des collines verdoyantes ou les eaux tranquilles des lacs scintillants, les paysages offrent une toile parfaite pour exprimer la splendeur de la nature.

Les saisons et changements climatiques apportent également une variété infinie de possibilités, car elles transforment la nature de façon spectaculaire. De la fraîcheur de l’hiver à l’éclat printanier, chaque saison offre une palette de couleurs unique. Photographier ces variations à travers l’objectif d’un appareil photo, c’est le travail du photographe de paysage.

Sélection du bon équipement pour la photographie de paysage

La sélection d’équipement est une étape incontournable pour le photographe. D’autant plus lorsqu’il s’agit de photographier en extérieur, car une fois le sac fait, on ne peut plus revenir en arrière. Concernant le matériel nécessaire au photographe de paysage, on retrouve :

Le boitier : l’appareil photo numérique est bien entendu l’élément primordial à prendre en compte pour le photographe de paysage. Qu’il s’agisse d’un reflex, ou d’un hybride sans miroir, cela ne fait pas grande différence car les deux modèles sont adaptés lorsqu’il s’agit de capturer la diversité des paysages. Pour autant, mieux vaut opter pour le modèle avec le capteur le plus grand, c’est à dire celui avec la plage dynamique la plus élevée. En effet, une grande plage dynamique signifie que le capteur de l’appareil peut aller chercher aussi bien dans les hautes que dans les basses lumières. Cette caractéristique est très utile pour le photographe de paysage car elle permet de très bien gérer les contrastes.

© Karine Bizard

Les objectifs : les photographes de paysage emploient principalement deux types d’objectifs pour leurs photographies. En premier lieu on retrouve des objectifs « grand-angle » ou « ultra grand angle ». Ces objectifs sont utilisés pour les photos qui requièrent un angle de champ très large, car ils vont permettre de capturer la majorité de l’arrière-plan. Ils sont parfaits pour saisir la vaste étendue des panoramas. En second on retrouve les téléobjectifs. Des objectifs avec un fort zoom qui permettent d’affiner la mise au point et de capturer parfaitement les détails d’un paysage. La combinaison de ces deux types d’objectifs ouvre de nouvelles perspectives au photographe de paysage.

Le trépied : il permet de fixer l’appareil photo. Un trépied stable est crucial pour des prises de vues nettes, surtout lors de longues expositions. En effet, l’utilisation d’un trépied offre la possibilité de prendre des photos avec une vitesse d’exposition plus lente. Ceci permet de compenser le manque de lumière et donc de prendre des photos quand il fait sombre. Pour débuter, un trépied de moyenne gamme suffit. Cependant, il vaut mieux éviter les trépieds en plastique, moins lourds et moins onéreux, mais aussi moins stables et moins résistants.

Les filtres optiques : les filtres peuvent être utilisés pour contrôler la lumière et mettre en valeur les détails d’une photographie. Ici encore les photographes de paysage utilisent généralement deux types de filtres. Les filtres polarisants qui réduisent les reflets et permettent de donner plus de contraste à une image. Très utile lorsque l’on capture des ciels bleus ou de l’eau par exemple. Mais aussi les filtres Gradué ND, abréviation de « filtre à densité neutre gradué ». Ces filtres sont conçus pour équilibrer la luminosité de la scène, en particulier lorsque le ciel est plus lumineux que le reste du paysage. En cas de contraste élevé entre le ciel lumineux et la terre plus sombre, par exemple le filtre gradué ND aide à équilibrer l’exposition, évitant ainsi la surexposition du ciel tout en préservant les détails du sol.

Dans tous les cas, choisir des équipements résistants aux conditions météorologiques est idéal pour la photographie en extérieur.

© Enola Surel

Utilisation de la lumière naturelle et artificielle

La combinaison de la lumière naturelle et artificielle peut être un formidable atout pour capturer la beauté des paysages. En ce qui concerne la lumière naturelle, les moments les plus intéressants pour les photographies, et notamment celles de paysage, se produisent généralement au lever et au coucher du soleil. C’est le moment idéal de la journée, les rayons du soleil sont bas et offrent une lumière douce. Cette lumière fait ressortir les textures des environnements naturels en créant des ombres subtiles. C’est l’idéal pour la composition paysagère. C’est aussi pour cette raison que la photographie de paysage demande de la patience. Il faut savoir prendre le temps d’observer la scène, et voir comment la lumière évolue, avant de capturer l’instant parfait.

Pour les plus impatients, l’utilisation d’éclairage artificiel peut aussi être une solution adéquate lorsque la lumière naturelle est insuffisante. En effet pendant les heures de faible luminosité ou pour éclaircir certaines zones d’ombres, l’utilisation de flash, ou d’éclairage d’appoint, permet d’équilibrer l’exposition sans dénaturer la scène. Ces sources lumineuses peuvent être également utilisées pour éclairer des éléments spécifiques du paysage et y guider simplement le regard.

Bien que très utile dans certains cas, l’utilisation de l’éclairage artificiel doit se faire avec parcimonie. L’éclairage a pour but de venir compléter la lumière naturelle de manière subtile, et non pas de la remplacer entièrement, car le photographe se doit de maintenir l’authenticité de la scène.

Pour obtenir des images de qualités et maîtriser l’art d’utiliser à la fois la lumière naturelle et artificielle, les photographes de paysage n’ont pas d’autres choix que d’expérimenter sur le terrain. Équilibrer l’éclairage en combinant plusieurs types de sources lumineuses demande donc patience, rigueur et travail assidu. Les prises de vues peuvent donner lieu à des résultats uniques et saisissant, une fois maitrisées.

© Anzhe Wang

Post-traitement pour des paysages éclatants

Le post-traitement est une étape cruciale pour la photographie de paysage. Le post-traitement est une forme d’art, on parle alors de post-production artistique. La post-production artistique peut transformer des photographies de paysage en véritables œuvres d’art. Des logiciels de retouche comme Lightroom ou Photoshop permettent d’ajuster les contrastes, les couleurs et les détails pour affiner sa vision artistique sans altérer la réalité des paysages capturés. En ce sens, la post-production est un outil puissant pour affiner et magnifier l’essence même des paysages. Les règles de base sont les mêmes que pour tous les types de photographies.

Le point de départ est de procéder à l’importation des photos dans un logiciel de post-traitement. Puis de les trier pour sélectionner les meilleurs clichés. En photographie de paysage, les retouches vont principalement se porter sur les éléments de contraste et de luminosité. Les réglages de bases des logiciels de post-traitement permettent de corriger les problèmes d’exposition en ajustant les niveaux de luminosité, de contraste, d’ombres et de hautes lumières. Cela permet de rendre les lumières plus lumineuses et les ombres plus profondes, et de donner ainsi plus de profondeur à l’image.

La gestion des couleurs est également importante. Grâce aux outils offerts par les logiciels, il est possible d’ajuster la saturation et la vibrance pour intensifier ou adoucir les couleurs. Ces ajustements, sur le ciel ou les éléments du premier plan par exemple, permettent de créer une atmosphère particulière en fonction du rendu souhaité.

Enfin, porter une attention particulière à la correction de la composition est aussi important dans les images de paysage. Recadrer l’image permet d’améliorer la composition en éliminant les distractions éventuelles, mais aussi d’ajuster l’horizon si nécessaire pour obtenir une ligne droite et équilibrée. En appliquant ces techniques de post-traitement, on peut apporter de l’éclat, du contraste et une esthétique visuellement attrayante aux paysages, tout en préservant l’authenticité et la beauté naturelle de la scène capturée.

© Bertrand Multrier

Découvrez les formations de Spéos

Spéos propose différentes formations allant du simple stage de photographie en une semaine (initiation et perfectionnement) à des formations en 3 ans. Les formations longues pour devenir photographe professionnel permettent non seulement de maîtriser toute la technique et le vocabulaire photographiques (flous, hyperfocale, zone de netteté, profondeur de champ, contre-jour, focale, déclencheur, autofocus, grand-angle, règle des tiers, etc.), mais aussi toutes les étapes de shooting et de traitement d’image.

Venir visiter l’école permet de découvrir les locaux, les studios et les équipements. En plus des journées portes ouvertes, Spéos propose tout au long de l’année des visites sur rendez-vous pour venir découvrir l’école en compagnie d’un membre de l’équipe.

A lire également